vendredi 28 juillet 2017

15 officiers ayant quitté le service actif, dont 5 généraux, signent une lettre ouverte à Macron

Le 28/07/2017
Résultats de recherche d'images pour « armée française »
 
 
Dans une lettre ouverte au président, 15 hauts gradés de l'armée ayant quitté le service - dont cinq généraux - clament leur soutien à l'ancien chef d'Etat-major :


"Monsieur le Président

C’est au Chef des armées que les signataires de la présente lettre souhaitent s’adresser.
C’est au Chef des armées qu’ils veulent dire combien ils ont été stupéfaits par son attitude à l’égard du Chef d’état-major des Armées de la France.

Nous sommes des Officiers de tous grades et des différentes armées ayant quitté le service actif.
Nous n’avons aucun mandat ; nous ne prétendons pas parler au nom de l’Armée, cette « grande muette ».
Nous estimons en revanche, de notre devoir de vous faire part de notre indignation et de vous dire ce que beaucoup de nos jeunes camarades, nos frères d’armes en activité, ressentent sans pouvoir l’exprimer.

L’Armée est peut-être muette, mais elle n’est ni sourde ni aveugle, ni amnésique.
Elle n’a pas été sourde quand elle a entendu et cru en vos promesses de campagne.
Elle n’a pas été aveugle lorsque votre tout premier geste a été de vous rendre au chevet de ses blessés. Elle a apprécié le symbole qu’a représenté votre choix d’un véhicule de commandement le jour de votre prise de fonction, elle a été sensible à l’image de l’autorité restaurée que vous avez voulu afficher.
Tant vos paroles que les symboles que vous aviez choisis semblaient donc démontrer votre compréhension des forces armées et la priorité que vous leur accorderiez dans le contexte actuel.

Mais alors tout cela n’était-il que promesses, paroles et maniement des symboles ?
On est en droit désormais de se poser la question en entendant les propos que vous avez tenus publiquement à l’Hôtel de Brienne à l’encontre du Chef d’état-major des armées, à la veille des cérémonies du 14 juillet.
Cela restera longtemps dans les mémoires.

«Je considère pour ma part, qu’il n’est pas digne d’étaler certains débats sur la place publique… »


Mais alors est-il vraiment digne de réprimander, non seulement en public, mais devant ses subordonnés, un grand chef militaire, au sujet de propos destinés aux membres d’une commission parlementaire, au cours d’une audition censée être confidentielle ?
Le CEMA ne faisait-il pas son devoir en rendant compte loyalement à la représentation nationale de l’état des armées ?
Cette humiliation publique est une faute, Monsieur le Président.

Comment la cigarette m’a enfumé…

 


Le 28/07/2017

 
 
Je me suis libéré de cet esclavage. Il y a presque un quart de siècle.
 
« Le paquet de cigarettes à dix euros : comment l’État nous enfume !«  s’écrie Nicolas Gauthier, ce jour, sur Boulevard Voltaire.
Je me suis libéré de cet esclavage.
Il y a presque un quart de siècle.
J’y fus soumis durant presque un quart de siècle.
Le maître esclavagiste se nommait Nicot et, bien que des centaines de millions d’enfumés soient morts de sa tyrannie en crachant bronches et poumons, nul n’a encore réussi à lui faire endosser son habit de criminel contre l’humanité qu’il est en réalité.
En renonçant à mon statut d’esclave, j’ai compris, en lisant le papier de Nicolas Gauthier, que je suis devenu l’ennemi mortel des buralistes.
Le plus impitoyable ennemi de ces derniers n’étant pas l’État maquereau et ses augmentations du prix du paquet, contrairement à ce qu’il pense, mais le non-fumeur.
Pendant toute ma vie d’enfumé, je me demandais avec angoisse comment, un jour, je pourrais m’arrêter si la nécessité s’en faisait sentir, mais c’était sans oublier une lâcheté naturelle qui me fait tenir à la vie.
Un jour, en effet, mon corps adressa un message sans équivoque à mon esprit, que l’on peut résumer comme suit : tu arrêtes ou je démissionne.
Ma lâcheté naturelle fit le reste.
Je devins ainsi, du jour au lendemain, l’ennemi le plus mortel des buralistes, de l’État maquereau, complice du criminel contre l’humanité et de l’industrie du tabac, l’outil de travail dudit criminel (non de monsieur Gauthier, j’espère).
Bien m’en prit sans doute, et nul ne peut dire si je taperais ces lignes aujourd’hui si j’avais continué à empuantir l’atmosphère avec mes deux paquets quotidiens de cette merde – appelons les choses par leur nom.

Un traité secret impose à l’Italie de se retrouver seule face à l’invasion migratoire


 


Le 28/07/2017



L’actuel ministre de l’Intérieur Marco Minniti n’a pu que les confirmer lors d’une interrogation parlementaire sur le sujet.

Un accord secret.
Ce n’est ni une métaphore ni une exagération : un traité ratifié à l’insu des citoyens italiens, sans aucun débat parlementaire ou autre consultation démocratique.
On n’en a pas discuté avant, et on n’en aurait pas parlé après si, trois ans plus tard, Emma Bonino, alors ministre des Affaires étrangères, n’avait vendu la mèche aux médias : « Que les débarquements soient tous effectués en Italie, c’est nous qui l’avons demandé. L’accord, c’est nous qui l’avons fait, en plus en violant celui de Dublin. »
Voilà, résumée en termes simples, la substance de l’opération Triton, qui prévoit que la totalité des clandestins naufragés secourus par n’importe quelle embarcation patrouillant en Méditerranée soient automatiquement convoyés vers un port italien. 1
Des propos choc qui ont soulevé un véritable tollé politique et médiatique dans la péninsule.
Si, dans un premier temps, Matteo Renzi s’est efforcé de nier les faits, l’actuel ministre de l’Intérieur Marco Minniti n’a pu que les confirmer lors d’une interrogation parlementaire sur le sujet, expliquant gauchement que ceux-ci devraient être « replacés dans le contexte selon les caractéristiques de cette phase qui ont aujourd’hui changé et sont en voie d’évolution » (sic).
Boileau ne disait-il pas « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément » ?
Tentant d’y voir plus clair dans cette affaire qui s’apparente fort à de la haute trahison, le Mouvement 5 Étoiles a alors convoqué une audition au Parlement européen.
Aucune des parties en présence interrogées, que ce soit l’agence Frontex, la Garde côtière italienne, la Commission européenne ou les ONG concernées, n’a cependant fourni de réponse satisfaisante sur les raisons d’un tel accord suicidaire, alimentant de la sorte les soupçons de plusieurs procureurs italiens sur les activités de connivence avec les passeurs et autres trafiquants d’êtres humains.

jeudi 27 juillet 2017

France, terre d'asile?

Le 27/07/2017


Muriel Pénicaud a-t-elle gagné 1,13 million d'euros grâce à une suppression d'emplois ?

Le 27/07/2017
 

Muriel Pénicaud, ministre du Travail
 
Muriel Pénicaud, ministre du TravailCrédit : Martin BUREAU / AFP

publié le 27/07/2017
Sarah Ugolini
 
C'est une nouvelle révélation embarrassante pour la ministre du Travail, déjà impliquée dans l'affaire dite de "Las Vegas", dans laquelle elle est soupçonnée de favoritisme.

Selon les révélations de l'Humanité de ce jeudi 27 juillet, Muriel Pénicaud aurait réalisé une plus-value boursière de 1,13 millions d'euros en profitant de l'annonce d'un plan de restructuration du groupe Danone en 2013.

Plus d'un million d'euros en une journée, c'est l'opération financière qu'aurait réalisée Muriel Pénicaud le 30 avril 2013.

L'actuelle ministre du Travail officiait alors en tant que directrice général des ressources humainres chez Danone.
La direction du groupe avait en effet annoncé le 19 février 2013 la "suppression d'environ 900 postes managériaux et administratifs répartis dans 26 pays européens".
Une décision aussitôt suivi d'effets sur les marchés financiers.
À l’époque, la cotation de l’action située en dessous de 52 euros pour le titre Danone, passe à 55-60 euros en avril-mai.
Selon L'Humanité, Muriel Pénicaud aurait alors choisi de faire valoir ses stock-options, dès l’expiration du délai de garde de quatre ans imposé par Danone.
 
Un bénéfice boursier de 60% ?

La santé financière du groupe est pourtant plutôt bonne au moment de la restructuration. Danone bat des records de chiffre d’affaires, en passant la barre des 20 milliards d’euros en 2012. Mais pour le PDG du groupe Franck Riboud, la marge du groupe de 3 milliards d'euros avant impôt est insuffisante.

Autriche Un nouveau panneau en arabe rappelle qu’il est interdit de violer les filles en bikini

Le 27/07/2017




juillet 27, 2017

Une piscine en Autriche a dû installer un écriteau d’avertissement pour avertir les migrants de ne pas attraper les femmes ni entrer dans leur vestiaire, dans un effort pour éviter de nouvelles agressions sexuelles.

Le panneau a été découvert placé dans une piscine à Perchtoldsdorf, un village proche de Vienne.
Un des signes montre une image d’une jeune femme en bikini, avec trois mains qui essayent de l’agripper.
Le signe dit « NON ! » et il est expliqué à côté que « le contact physique avec d’autres nageurs est interdit » en Anglais, en Français et en Arabe.
Un autre signe montre un homme qui entre dans les vestiaires des femmes, avec le mot « STOP ! » écrit au-dessus et « l’entrée est interdite dans les aires réservées » écrit à côté.



MP Christian Hoebart du parti d’extrême-droite « Freedom Party of Austria » (FPO) a posté une image de lui en train de montrer le signe en question sur sa page facebook.
« C’est sérieux ? » a-t-il demandé.
« A-t-on besoin de préciser quelque-chose comme ça dans une société civilisée ?

TVL, journal du jeudi 27 juil. 2017: Société / Incendies : le Sud sous haute tension

Le 27/07/2017
 
 




Ajoutée le 27 juil. 2017
 
01:25 - Société / Incendies : le Sud sous haute tension
04:08 - “Culture” / Avignon : un festival toujours plus idéologique
07:44 - Justice / Les boulets du système judiciaire
11:50 - International / Grève générale au Venezuela
16:11 - L’actualité en bref
20:36 - La France de Campagnol

L'Allemagne crée des minijobs à 80 centimes de l'heure pour les réfugiés

Le 27/07/2017
 
 
Des Syriens arrivent de Turquie au camp de réfugiés de Friedland, en Allemagne, le 4 avril 2016.
 
Des Syriens arrivent de Turquie au camp de réfugiés de Friedland, en Allemagne, le 4 avril 2016.
REUTERS/Kai Pfaffenbach
 
Par lexpress.fr
 
Le gouvernement allemand souhaite offrir 100 000 emplois dans des structures d'accueil pour faciliter l'intégration des migrants qui ne possèdent pas de titre de séjour.
 
C'est une proposition qui choque.
L'Allemagne veut créer 100 000 emplois pour les migrants sur son sol d'ici trois ans, payés 80 centimes d'euro l'heure.
L'objectif est de faciliter leur intégration et leur permettre d'apprendre l'allemand à travers le monde de l'entreprise, relate France Bleu ce mardi.
De tels mini-emplois existent déjà pour les chômeurs longue durée dans le pays, mais ils sont rémunérés 1,05 euro de l'heure, ce qui est déjà minime.
Les recrutements ont déjà débuté.
 
"Ni un salaire, ni un vrai travail"
 
Les réfugiés seront logés gratuitement dans des centres d'accueil, qui les feront travailler dans la structure: restauration, nettoyage...
"Ce n'est ni un salaire, ni un vrai travail, comme remplacer des vendeurs ou autre, mais des tâches qu'ils n'effectueraient sans doute pas en temps normal. Plutôt un travail d'utilité publique", explique la directrice générale de l'association des villes allemandes Gudrun Heute-Bluhm, interrogée par France Bleu.

Montpellier : elle vient d’être expulsée de son appartement à... 82 ans

Le 27/07/2017


Montpellier : elle vient d’être expulsée de son appartement à... 82 ans

Mercredi après-midi, l’octogénaire s’est retrouvée à la rue avec une valise à la main.
LAURENT VERMOREL
 
Elle habitait la résidence Les Érables 1 depuis trente-cinq ans dans le quartier Lemasson.
 
"Vous vous rendez compte qu'elle va se retrouver sur le trottoir à l'âge de 82 ans ? C'est ça, la France ? C'est comme ça qu'on s'occupe de nos seniors ? C'est une honte. On a connu ce genre de situation après guerre mais je ne pensais pas qu'on pouvait vivre à nouveau ça de nos jours !”
L'amie de longue date d'Yvette Catelain est abasourdie et en colère.
Il faut dire que l'octogénaire s'est retrouvée à la porte de chez elle, mercredi 26 juillet après-midi, une valise à la main et un sac de congélation contenant quelques victuailles.
Et pour seule proposition d'accueil, concernant les prochaines nuits, une place au foyer social !

 “C'est comme si le ciel me tombait sur la tête”

Une situation cauchemardesque pour cette Calvadosienne arrivée à Montpellier il y a trente-cinq ans et habitant, depuis, dans cet appartement de la résidence Les Érables 1, dans le quartier Lemasson. “Femme au foyer et mère de cinq enfants, j'ai d'abord vécu ici avec mon ex-mari, puis seule.
Malgré ma petite retraite (environ 1 000 €), j'ai toujours payé le loyer (700 €) grâce, notamment, à un héritage de mon frère de 250 000 F (48 000 €, NDLR).
Et ce jusqu'à il y a trois ans.”

Avoir du boulot et vivre pauvre, c’est le miracle Allemand

Le 27/07/2017
 


   


Berlin. Une longue file d’attente devant une agence pour l’emploi nous surprend. L‘économie allemande est florissante et le taux de chômage bas, alors pourquoi autant de monde ?

La réponse est simple.
 La plupart de ces gens ont déjà un travail mais ce sont des travailleurs pauvres.
Ils postulent donc aux aides sociales en complément de leurs modestes salaires.
Leur vie professionnelle est faite d’emplois précaires et mal payés, de temps partiels, même s’ils ont souvent une bonne formation.



source

Gens du voyage virulents : le préfet de Haute-Savoie reconnaît «l’impuissance» de l’Etat

Le 27/07/2017
 

 Résultats de recherche d'images pour « gens du voyage »


Publié le
EMMANUEL ROUXEL

Les installations illégales de gens du voyage créent de vives tensions entre les élus et les agriculteurs d’un côté, et l’Etat, représenté par le préfet de Haute-Savoie, de l’autre.

Si les élus s’en prennent à l’Etat, accusé de ne pas agir efficacement face aux installations illégales de caravanes, le préfet de Haute-Savoie se plaint également du manque de moyens pour faire appliquer la loi.
Dans un courrier adressé au ministre de l’Intérieur le 13 juillet dernier, et dont Le Messager a eu connaissance, Pierre Lambert dresse un portrait accablant de la situation tendue dans son département.

A mots couverts, dans ce courrier interne, il regrette le manque de disponibilité des forces de l’ordre qui ne permet pas de réagir efficacement.
 
« Amendes peu dissuasives »

Le préfet réclame, en outre, de nouveaux outils législatifs : « Les condamnations pour occupations illicites se limitent à des amendes peu dissuasives de 500 euros avec sursis : ce montant gagnerait à être nettement relevé, voire accompagné d’un système d’astreinte financière individuelle par jour d’occupation constaté après mise en demeure de quitter les lieux. »
 
« Impuissance face à un phénomène en augmentation »

« A défaut d’une possibilité d’action civile ou administrative supplémentaire à l’état actuel du droit, contre les groupes de faux voyageurs facteurs de troubles à l’ordre public, nous continuerons de montrer notre impuissance à faire face à ce phénomène en augmentation », conclut le préfet, visant cetains groupes particulièrement virulents.

La macronnerie est en marche !

 
 


Le 27/07/2017
La rue bientôt, aussi. Comme dirait l’autre, ça va castagner !

L’aide personnalisée au logement (APL) est une aide financière destinée à réduire le montant des loyers ou des mensualités d’emprunt immobilier pour les moins aisés, soit 6,5 millions de foyers.
Le précédent gouvernement avait prévu, sans l’annoncer, une baisse de 140 millions au budget, avec pour conséquence tout à fait étonnante que la ressource est aujourd’hui insuffisante !
Le nouveau vient donc de décider, officiellement, d’en baisser le montant de cinq euros par foyer pour répartir la charge et pouvoir verser l’APL à tous les ayants droit d’ici la fin de l’année.
On peut a priori considérer cette mesure comme étant de bon sens, même si personne n’aime voir baisser ses aides et bien que l’imprévoyance soit la marque d’un non-gouvernement, puisque gouverner c’est prévoir.
Mais il faut voir plus loin et considérer cette mesure comme un nouveau test politique.
Les remous vont durer quelque temps, peu sans doute, cinq euros n’étant objectivement pas un très grand sacrifice, même pour les plus démunis.
Ce qu’il faut considérer là, c’est la méthode.
D’abord celle de l’héritage des années Hollande dont on ne rappellera jamais assez que son principal conseiller et acteur en matière budgétaire était un certain Emmanuel Macron, et que c’est lui qui avait prévu cette baisse lors du dernier quinquennat dont les ardoises sont abyssales.
Ensuite, on lance un ballon d’essai considéré a priori comme presque indolore et on mesure « l’Audimat® ».
 Ça passe ou ça casse.
Gageons que cela va passer assez rapidement en cette période estivale choisie à dessein.

Migrants : les gauchistes agissent quant les élus FN et LR s’offusquent !

 
 


Le 27/07/2017


L’agriculteur militant Cédric Herrou vient d’être arrêté pour la sixième fois cette année, pour aide au séjour d’étrangers en situation irrégulière.

D’après Nice Matin, l’agriculteur militant Cédric Herrou vient d’être arrêté pour la sixième fois cette année, pour aide au séjour d’étrangers en situation irrégulière.
 Il accompagnait 156 migrants pour les emmener à Nice puis Marseille afin de déposer des demandes d’asile.
D’après la police : « Il y a eu 156 interpellations le 24 juillet. Une centaine d’individus ont été emmenés en car à Menton, les autres étant sous garde policière en gare de Cannes en milieu de soirée, en attente d’être transférés à leur tour. »
Ces interpellations ont eu lieu deux jours après la venue de José Bové à Tende, à la frontière franco-italienne.
Plus de 200 migrants (des Soudanais, Érythréens, Somaliens et Tchadiens) avaient dû se scinder en deux groupes pour pouvoir prendre le train et rejoindre la plate-forme d’aide aux demandeurs d’asile. Les frais de transport, à hauteur de 1.000 euros, avaient été pris en charge par les membres de Roya citoyenne.
Voilà où en est la France.
Un militant gauchiste reconverti en agriculteur joue les portes ouvertes pour les migrants venant d’Italie et se fout comme de sa première chemise des arrestations et des condamnations car il a derrière lui les élus d’extrême gauche et les médias.
Même le New York Times a rédigé un article zélateur.
Pourtant, je le rappelle, 62 % des Français sont opposés aux migrants.
Herrou peut donc tranquillement continuer son petit bonhomme de chemin, aidé par une centaine de sympathisants et une partie de la Justice, tel le procureur de Nice qui, ayant conclu à ses intentions humanitaires, avait refusé de porter des accusations.

mercredi 26 juillet 2017

Un an après l’égorgement du Père Hamel, l’aveuglement est toujours de mise

Le 26/07/2017


 
 
par 26 juillet 2017
 
Cette journée de commémorations, un an après l’égorgement du Père Hamel dans l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray alors qu’il y célébrait la messe, a confirmé qu’aucune leçon n’a été tirée de ce crime abominable délibérément antichrétien.
 
Toute la journée, à Saint-Etienne du Rouvray comme à l’Assemblée nationale et sur les plateaux de télévision, il n’aura été question que du fameux « vivre ensemble ».

 
Devant l’église, le président de la République, accompagné de Roselyne Hamel, la sœur du prêtre, de Mgr Lebrun, de l’ancien et du nouveau maire de Saint-Etienne-du-Rouvray, a dévoilé une stèle « républicaine pour la paix et la liberté  » de 2,5 mètres de diamètre, comportant des articles de la déclaration universelle des droits de l’Homme et la mention « Les Stéphanais unis dans l’espoir et la paix« .
Un monument athée et pacifiste pour commémorer l’assassinat d’un prêtre dans son église…
Quelle est donc cette société masochiste ?

Bouffon

Le 26/07/2017
 

Quand Macron était très pauvre!

EXCLUSIF – Cédric Herrou, le “passeur de migrants", a été incarcéré

Le 26/07/2017
 
  
Photo © VALERY HACHE / AFP

Photo © VALERY HACHE / AFP
Par
Auteur
Mercredi 26 juillet 2017
 
INFO VA. Selon nos informations exclusives, Cédric Herrou, le “passeur de migrants” (lire notre article sur le sujet ici), a été déféré à Grasse et incarcéré.
 
 
L’affaire se complique pour Cédric Herrou, le “passeur de migrants” (lire notre article sur cette affaire ici).
 Selon nos informations exclusives, Cédric Herrou a été déféré à Grasse où il est actuellement incarcéré.
L’ouverture d’une information judiciaire est imminente.
Pour faire un point complet sur ces éléments, une conférence de presse est prévue à Grasse aujourd’hui à 14h30 au palais de Justice.
 
Des perquisitions et de troublantes découvertes
 
La garde à vue et les perquisitions chez Cédric Herrou ont été fructueuses.
Selon nos informations, les force de l’ordre ont retrouvé son lieu d’habitation “dans un état lamentable, jonché d’excréments” selon une source proche du dossier.
Les forces de l'ordre ont consigné dans la procédure des vidéos et des photographies.

Les enquêteurs ont également découvert que Cédric Herrou fournissait de fausses attestations de demande d’asile.

Toutes ces perquisitions ont entraîné une garde à vue et une incarcération à Grasse.


Calais. Des migrants fracassent le crâne d’un chauffeur avec une brique pour lui voler son camion

Le 26/07/2017




juillet 26, 2017

Moins de 6 semaines après la première mort d’un chauffeur à Calais causée par les migrants, un camionneur a été frappé à la tête avec une brique par des clandestins qui voulaient lui voler son véhicule.

La Road Haulage Association (RHA) a décrit l’attaque sur le conducteur, qui se remet à l’hôpital d’une blessure grave au crane, comme « extrêmement choquante » […]
Le conducteur s’est arrêté sur l’autoroute A16 en dehors de Calais, près de Marck, où il a remarqué des migrants en train d’essayer de grimper sur son camion.
Quand il est sorti du véhicule pour inspecter les dégâts, il a été attaqué par le groupe qui a ensuite volé son camion et conduit vers le port, le laissant le front contre le sol, saignant de ses blessures.[…]

En juin, un conducteur polonais était tué dans une des principales routes vers Calais quand des migrants ont fait des barrages sur l’autoroute A16 pour ralentir le trafic et monter dans les véhicules afin de rejoindre l’Angleterre.

source

Rihanna plutôt que Mélanie, le choix politique des Macron

    Le 26/07/2017      
 
 


Mélanie est née sous une mauvaise étoile. En 2001, ce qui fait qu’elle a 16 ans aujourd’hui.

Son père a plaqué sa mère très vite pour aller vivre en Allemagne avec sa nouvelle compagne.
Il ne s’est jamais enquis de ce que devenait sa fille.
L’enfance s’est donc passée sans père, jusqu’à que ce que sa mère victime d’un cancer quand elle avait 12 ans la quitte pour toujours.
Orpheline et n’ayant pas de famille pour s’occuper d’elle, c’est l’Aide Sociale à l’Enfance, l’ASE qui l’a prise en charge.
Vous savez ce service qui dépend du Conseil Général dont on vous dit en permanence qu’il dépense trop d’argent, qu’il ne sert à rien, qu’il a trop de fonctionnaires.
Qu’il faut le supprimer très vite et en attendant réduire tous ces budgets.
Celui de la protection de l’enfance qui est de sa compétence est déjà hypertendu, et le personnel qui tient le front de la misère commence vraiment à s’essouffler.
Qu’à cela ne tienne, Bercy nous a bien dit que Merkel et Schäuble trouvent que les Français dépensent trop et qu’il faut faire des économies.
C’est déjà difficile, ça va devenir intenable.

Peut-être que la sorcière qui s’est penchée sur le berceau de Mélanie a considéré qu’il valait mieux concentrer le malheur sur les mêmes et que statistiquement cela permettait d’en épargner d’autres. Elle a donc été placée dans une famille d’accueil agréé, dont le « père » âgé de 50 ans a commencé à la violer quand, même pas formée, elle en avait 13.
Pour sa défense il dira bien sûr que c’est elle qui l’a séduit.
Pardi depuis Polanski, tout le monde sait ça, une jeune fille de 13 ans c’est comme une adulte, ça adore les hommes de 50 ans !
Terrorisée la petite n’a jamais osé en parler.

Saint-Denis de Saintonge : c’est l’histoire d’un maire et de jeunes…

Le 26/07/2017

Saint Genis Saintonge Maire Jeunes Histoire



« Il y a bien un maire ou deux par an qui se fait gifler ou insulter, mais ça ne va jamais aussi loin », dixit le président de l’association des maires de Charente Maritime à propos du drame de Saint-Genis de Saintonge.

Hier la gifle a mal tourné et des « jeunes » ont roué le maire de coups.
Une histoire ordinaire dans la France d’Emmanuel Macron.

Michel Doublet, le président de l’association d’élus, soupire, philosophe : « Etre élu, c’est parfois difficile, on est des boucs-émissaires ».
 Un parfait exemple de la langue de contreplaqué que parlent des politiques à la fois discrédités, sans autorité, pénétrés de leur propre indignité et terrorisés à l’idée de dire la réalité telle qu’elle est, pour commenter une situation à la fois très banale et très grave.

Saint-Genis de Saintonge, son caviar, son pop-corn, ses jeunes

Les faits sont simples, connus de tous.
A Saint-Genis de Saintonge, petite commune de 1.200 habitants située sur la Gironde au sud de Blaye, on ne vit pas du vin mais du caviar (la France est le premier producteur du monde) et du pop corn (70 % du pop corn consommé en France y est produit).
Et depuis trois mois on ne vit plus du tout.
Une grosse douzaine de jeunes gens et jeunes filles âgés de quatorze à vingt ans, de la commune et des communes alentour, viennent traîner sur la place du champ de foire, en plein centre du bourg.
La mairie l’avait aménagée de sorte qu’on puisse y jouer et faire du sport, ils la squattent.
Ils sont désœuvrés, fument, boivent, se droguent, abîment les lieux : leur dernière cible, les fenêtres de l’école maternelle voisine.
Bref, ils ont transformé la place en « zone de non droit », pour reprendre les mots du maire divers droite Jacky Quesson, jeune retraité.

No comment

Le 26/07/2017
 
 
hamel


Suite à notre article ici.
Il me semblait important de relever encore cet élément...

**********

DFlEEpMW0AEW_Eh