samedi 20 janvier 2018

Lévothyrox, Lyme, Linky, Vaccins : les patients contre-attaquent !



Alternative Santé. L'expérience de la médecine naturelle.
 



 
ÉDITO

Bonjour à tous,

Quand les autorités font preuve d’inertie ou réforment au bulldozer, ignorent la parole des patients et leurs droits, ou refusent de s’attaquer à la question des conflits d’intérêts dans la santé, le seul recours qui reste parfois est l’appel à la justice et aux tribunaux.

C’est dommage de devoir en arriver là, mais il semble que ce soit la seule manière de se faire entendre ces temps-ci au pays du « dialogue social ». Avec l’aide d’avocats, des patients et des citoyens courageux (dont un certain nombre de nos lecteurs) tentent en ce moment même de faire entendre leurs voix et leurs droits. Petit panorama des initiatives de ce début d’année.


Levothyrox

Depuis le scandale Levothyrox de l'été dernier et face à l’incurie des pouvoirs publics dans la gestion des effets indésirables de la « nouvelle formule », plusieurs plaintes ont été déposées. Après les 1 200 personnes autour de l’Association Française des Malades de la Thyroïde (AFMT) portant plainte pour « non-assistance à personne en danger » et « mise en danger de la vie d’autrui » en septembre dernier, 23 patients ont attaqué récemment en référé les laboratoires Merck à Toulouse pour « préjudice d’anxiété », du fait d’un défaut d’approvisionnement du Levothyrox ancienne formule (Euthyrox). Car malgré les effets d'annonce du ministère en octobre dernier, l'ancienne formule ne représentait en décembre dernier que 0,5% des produits à base de lévothyroxine en pharmacie.

Lorsqu'on connaît les effets indésirables expérimentés par certains, on comprend qu'ils soient prêts à faire des centaines de kilomètres pour aller acheter l'ancienne formule à l'étranger. Déboutés par la justice le 10 janvier dernier, car ils n’avaient pas pu prouver la difficulté de se procurer le médicament, les plaignants se tourneront vers un autre tribunal après avoir fait la tournée des pharmacies locales en présence d’huissiers...

Enfin, à l’initiative de l’association Alerte Thyroïde, des manifestations sont bientôt prévues à Lyon, Montpellier et Saint-Denis devant les sites de l’Agence du médicament (ANSM) pour obliger l’État à rendre l’ancienne formule disponible à tous.

Plus de renseignements :
Association Française des malades de la Thyroïde

Maladie de Lyme


D’ici la fin du mois janvier, ce sont plus de 300 personnes atteintes de la maladie de Lyme qui porteront plainte au pénal contre le Centre national de référence des Borrelia (CNR) et l’ANSM
, notamment pour « mise en danger de la vie d’autrui », « abus de biens sociaux » et « violation du principe d’indépendance des experts et du principe d’absence de conflits d’intérêts ».

Économie : l’administration Trump sur la voie du succès ?





Il avait fallu deux mandats d’Obama pour que l’indice boursier Dow Jones monte de 10.000 points. Après treize mois de régime Trump, l’indice a gagné 8.000 points et près de 30 %.

La croissance des autres indices boursiers est similaire.
La capitalisation boursière a ainsi gagné en un an plus de 6.900 milliards de dollars (soit la moitié des plus-values enregistrées pendant les huit années Obama) pour atteindre 30.600 milliards, ce qui gonfle les fonds de retraite des salariés.
Suite à une série de décrets présidentiels abolissant de nombreuses réglementations ou freins aux entreprises, plus de 2,2 millions d’emplois ont été créés en un an.
Et dans son discours de Pennsylvanie du 18 janvier, le président a rappelé que le taux de chômage est au plus bas depuis 18 ans, et que celui des demandeurs d’allocations chômage est lui-même au plus bas depuis 45 ans, sans omettre de mentionner la baisse record du chômage afro-américain et latino, comme celui des femmes (au plus bas depuis 17 ans).
Pas mal…
Certes, ces statistiques masquent le fait que tous les emplois ne sont pas nécessairement de vrais emplois stables et à plein temps, et que seuls 63 % de ceux en âge de travailler travaillent, ce qui signifie qu’une masse importante d’Américains ont, une bonne fois pour toutes, renoncé à chercher du travail et continuent de vivre de l’aide sociale (les « food stamps »).
Mais c’est une amélioration tout de même…

Les métros parisiens ne marquent plus l’arrêt : trop de drogués sur les quais !

 
 


Le 20/01/2018
Marie Delarue

 Le « nettoyage » de surface n’a fait que déplacer le problème, transformant les stations de métro en cour des miracles.

À Paris, il y a la clientèle de madame Hidalgo.

Celle qui pense voiture électrique et pistes cyclables, qui pique-nique aux beaux jours sur une nappe à carreaux en bord de Seine, flâne aux terrasses des bistrots devant un burger bio et frites de patates douces, celle qui porte ses fringues Claudie Pierlot à la ressourcerie où l’on sirote son thé vert devant un prolo de pacotille et son accordéon musette.

Et puis il y a les autres.
Ceux qui, bien obligés, se tapent les transports en commun et constatent que leur Paris à eux est devenu invivable.
Ils ne vivent pas dans le même monde, n’habitent pas les mêmes quartiers, n’ont pas les mêmes horaires et, surtout, ont à subir tout ce que les premiers chassent de leur environnement avec la bénédiction complice des autorités.
Clochards, drogués, prostituées, vendeurs d’objets volés, de cigarettes ou de faux papiers et immigrés clandestins grouillent au milieu de la crasse et des rats.
On les pousse d’un arrondissement à l’autre, mais depuis des décennies que le phénomène gangrène le nord de la capitale, il n’a cessé de croître.
En 2012, Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur, inaugurait en grande pompe dans le quartier Barbès-Château Rouge (XVIIIe) la première « zone de sécurité prioritaire (ZSP) parisienne ».
En janvier dernier, cinq ans après, donc, la commissaire de police de cet arrondissement déclarait au Parisien : « Depuis huit mois, la délinquance est de plus en plus volatile. Elle a également investi la place de la Chapelle (hors ZSP). Les revendeurs, notamment, sont changés régulièrement par les réseaux, et nous avons perdu les contacts qui nous étaient précieux. Les mineurs, aussi, souvent algériens et tunisiens, ont fait leur apparition en masse. »
Des gosses qui vivent dans la rue, sniffent de la colle et détroussent les passants.

vendredi 19 janvier 2018

STOP

 

Colonel Jacques Hogard : « La paix, la sécurité de nos enfants et petits-enfants me semblent objectivement en danger » (Interview)


 
jacques_hogard


19/01/2018 – 06h20 Paris (Breizh-info.com)

Lorsqu’un colonel à la carrière aussi riche, complète et brillante que le colonel Jacques Hogard vous confie être inquiet pour la paix et la sécurité de ses enfants et petits-enfants, en France, difficile d’y voir là un « fantasme » ou de l’exagération de la situation.

Le colonel Jacques Hogard s’est engagé en 1974 au titre de la Corniche du Collège Militaire de Saint Cyr-l’Ecole.
Sous-lieutenant, il sera affecté au Centre d’entrainement montagne de la 11ème division parachutiste (76/78) avant de faire l’EMIA (Promotion Général Laurier, 1978/79) et l’École d’application de l’infanterie (79/80).
Sa carrière se poursuivra en tant que lieutenant chef de section au 39ème RI, puis à la Légion étrangère – lieutenant au 4ème RE, capitaine au 2ème REP – entre 1980 et 1989, période durant laquelle il séjourna ou participa aux opérations  au Tchad, République Centrafricaine, Djibouti…
Il sera nommé chef de bataillon à l’EMAT – état-major de l’armée de terre, bureau Emploi, TAP-O – de 1989 à 1992,  ensuite chef de bataillon puis lieutenant-colonel au bureau Opérations de l’état-major des Forces françaises à Djibouti de 1992 à 1994.
C’est ainsi qu’il sera officier opérations ISKOUTIR à Djibouti, puis chef du bureau opérations de la mission  ORYX en Somalie fin 92/début 93, officier opérations de l’action DIAPASON au Yémen 93.
Il sera promu lieutenant-colonel commandant du Groupement de Légion de l’opération TURQUOISE au Rwanda (1994), puis chef du bureau Communication-Recrutement à l’état-major du commandement de la Légion étrangère (1994/96), chef de la section Entrainement des Forces terrestres, officier TAP et Forces Spéciales à l’EMAT (1996/98), Commandement des Opérations Spéciales (COS), et notamment commandant du Groupement Interarmées des Forces Spéciales en Macédoine et au Kosovo (1999).
En 2000, il démissionne de l’armée – un symbole fort étant donné sa carrière impressionnante.
Il la quitte avec le grade de colonel, après 26 années passées au service de la France.
 
Fin connaisseur des Balkans, nous l’avons interrogé sur les conséquences possibles de l’assassinat d’Olivier Ivanovic, leader des Serbes du Kosovo, mais aussi sur la situation en France, dont il s’était déjà alarmé à plusieurs reprises, notamment  récemment sur TV Libertés.
Un entretien majeur, avec un officier ayant servi dans les troupes d’élite françaises.
 
Breizh-info.com : Quelles sont les conséquences possibles après l’assassinat de M. Ivanovic ?
 
Colonel Jacques Hogard : L’assassinat de Oliver Ivanovic, leader très respecté et emblématique des Serbes du Kosovo, pourrait avoir de sérieuses conséquences pour la stabilité de la province serbe sous administration sécessionniste albanaise et, au-delà, dans toute la région.
Les Balkans sont une zone instable où un crime de cette nature, porteur en germe de très nombreuses tensions, est à même de raviver les haines et les affrontements les plus durs.
 
 Breizh-info.com : Vous connaissez très bien – pour y avoir servi – cette région. Que s’y passe-t-il aujourd’hui ?
Les Serbes ont-ils définitivement été abandonnés par la communauté internationale ?
Quid de la Russie ?

Charivari en perspective (Jacques Myard)

 
 


19 janvier 2018 by Marc Le Stahler

BILLET D’AMBIANCE
de Jacques MYARD
Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République


Les bien–pensants, les médias célèbrent avec gourmandise l’’activité tous azimuts de Macron-Jupiter, soulignant sa volonté de faire ce qu’’il a dit, de faire bouger les choses et de surmonter les blocages de la France.

En fait, Macron ne fait pas bouger les choses, il les agite.
On est très loin des solutions pérennes, et l’’opinion publique risque fort de vouer aux gémonies le roi de la « com » quand elle se sera rendu compte d’’une réalité bien éloignée des promesses.
Le président de la République a adopté une politique risquée, consistant à vouloir résoudre « en même temps »

L’’apprentissage

L’’indemnisation du chômage élargie aux professions libérales, sans avoir de financements

La suppression de la taxe d’’habitation (TH), sans avoir le début du financement pour compenser les ressources des collectivités privées de cette taxe ; une ministre annonce la création d’un nouvel impôt mais dès le lendemain, Bruno Le Maire dit le contraire…

La suppression des APL dont le coût est supporté par les bailleurs sociaux qui se retrouvent en équilibre précaire, ce qui va engendrer une baisse de production des logements sociaux. Belle politique de Gribouille !

La réforme territoriale en région parisienne qui provoque critiques sur critiques, quelle que soit la solution envisagée

La réforme de la carte judiciaire, sujet très sensible pour les avocats de province qui tirent souvent le diable par la queue

Le défi des migrants illégaux qu’’il promet d’expulser alors qu’’il est quasi impossible de le faire en raison de la complexité des lois française et européenne

Arrêté pour 36 vols, l'auteur est relâché



Des relevés d'empreintes et d'ADN ont permis d'attribuer 36 cambriolages supplémentaires à un délinquant connu des services de police./ Photo DDM illustration.
 
Des relevés d'empreintes et d'ADN ont permis d'attribuer 36 cambriolages supplémentaires à un délinquant connu des services de police./ Photo DDM illustration.
Publié le 19/01/2018

Grâce à des analyses d'ADN, les enquêteurs du commissariat de police ont pu attribuer 36 cambriolages à un Columérin de 23 ans bien connu de leurs services.

«Après sept cambriolages réalisés au mois d'octobre dernier, nous avons interpellé un individu qui a été condamné et emprisonné jusqu'au début du mois de janvier», explique le commandant Rieutor, chef de la division Ouest de la police nationale à Colomiers.
«Des prélèvements réalisés lors de faits antérieurs ont permis de le mettre en cause formellement dans une autre série de 36 cambriolages, commis entre mai et septembre 2017».
Lors de vols par effraction commis chez des particuliers, de jour comme de nuit et parfois même pendant leur sommeil, le malfaiteur a dérobé des bijoux, de l'argent et du matériel vidéo dont aucune trace n'a été retrouvée.
Alors qu'il était sorti de prison depuis quelques jours, les policiers l'ont interpellé une deuxième fois, lundi, pour qu'il réponde de ses actes.

Présenté, mercredi soir, au tribunal en comparution immédiate, il a été condamné à deux ans de prison avec sursis et laissé en liberté.

En prononçant sa peine, le juge a mentionné une altération de discernement du prévenu.

source

TVL, journal du vendredi 19 janv. 2018: Macron et May s’accordent sur l’immigration

 
 



Ajoutée le 19 janv. 2018
 
01:03 - Europe / Macron et May s’accordent sur l’immigration
04:34 - Politique / Gérard Collomb : de paria à ministre d'Etat
08:48 - Société / Péages urbains : le nouveau racket
11:03 - International / Bientôt la guerre des étoiles entre les nations ?
15:14 - L’actualité en bref
21:31 - La France de Campagnol

Immigration – Des Paras italiens lancent au pape : « Ça suffit, Bergoglio ! L’ennemi est dans la maison ! »

 
 
par 19 janvier 2018
 
Italie – Francesco Crippa, président de la section provinciale de Brianna de l’Association Nationale des Parachutistes Italiens, ne supporte plus les messages du pape en faveur de la submersion migratoire et a diffusé sur les réseaux sociaux un message explicite :
« Ça suffit Bergoglio ! Nous avons un ennemi dans la maison et beaucoup trop de gens continuent à faire semblant de rien. Les paroles de celui qui l’a précédé devraient réveiller nos consciences de chrétiens et l’isoler ».
 
 

Bien sûr, Francesco Crippa n’est pas mandaté pour parler au nom de tous les parachutistes.
Il précise d’ailleurs :

Corse : trois détenus blessent deux gardiens de prison à l'arme blanche, dont un gravement





Le 19 janvier 2018

Deux gardiens de prison ont été blessés, dont un gravement, touché à la gorge d'un coup de couteau, par trois détenus de la maison d'arrêt de Borgo, en Haute-Corse.
 
L'un d'eux aurait crié «Allah Akbar», selon un délégué syndical.
Trois détenus ont attaqué deux gardiens de prison à la maison d'arrêt de Borgo, en Haute-Corse le 19 janvier, selon la direction de l'administration pénitentiaire.
Agressés à l'arme blanche, les deux agents ont été transféré vers l'hôpital de Bastia : l'un d'entre eux se trouve dans un état grave après avoir été touché à la gorge, mais son pronostic vital n'est pas engagé.
 


Le procureur Caroline Tharot n'a pour l'heure donné aucune précision supplémentaire sur les circonstances de l'agression, survenue en plein mouvement de contestation national des surveillants de prison.
Selon un délégué syndical pénitentiaire cité par Corse Matin, un détenu aurait crié «Allah Akbar».

Corse. Borgo: Un détenu radicalisé agresse des surveillants de la prison

 
 
 


Une nouvelle attaque terroriste a eu lieu à l’intérieur d’une prison. Elle s’est déroulée à la maison d’arrêt de Borgo en corse.
 
Un détenu radicalisé aurait agressé, à coups d’arme artisanale les surveillants.
Plus d’infos à suivre…
 
10h57: selon une source syndicale le détenu est retranché avec deux codétenus. Les surveillants ont été pris en charge par le SAMU.
 
L’un étant sans connaissance.
 
Jean-Marc morandini
 

Le Premier ministre suédois n’exclut pas d’envoyer l’armée contre les gangs

Résultat de recherche d'images pour "suède welcome"


Par Auteur

Jeudi 18 janvier 2018
 
Violences. Le pays fait face depuis plusieurs années à une vague de criminalité, qui inquiète les habitants.
 
 
Le Premier ministre suédois Stefan Löfven envisage de déployer l’armée pour mettre un terme à la vague de criminalité qui sévit dans le pays, rapporte l’agence Reuters. « Faire appel à l’armée n’est pas ma première option, mais je suis prêt à faire tout ce qui est nécessaire pour m’assurer d’éradiquer le crime organisé », a prévenu le leader social-démocrate, ce mercredi.
Car si le taux d’homicides y est relativement faible, la violence des gangs a explosé ces dernières années, au point d’inquiéter de plus en plus de citoyens et les autorités.
En 2016, 106 personnes ont ainsi été tuées en Suède, qui compte 10 millions d’habitants.
Mais selon les médias locaux, la même année, 300 fusillades éclataient, souvent liées à des guerres de territoires entre gangs sur fond de trafic de drogue, de racket et de prostitution.
 
Sur le même sujet
 
Quatre personnes ont déjà été tuées par balles au cours de la première semaine de cette année.

Amère victoire



Résultat de recherche d'images pour "zad notre dame des landes"




170 décisions de justice et un référendum parfaitement légal ne comptent pour rien pour notre Président et son gouvernement.

Ainsi, 170 décisions de justice et un référendum parfaitement légal ne comptent pour rien pour notre Président et son gouvernement.
Déplaire à M. Hulot et à l’extrême gauche serait inimaginable.
En conséquence, nous, pauvres contribuables, qui avons déjà financé toutes les mesures prises pour la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et pour limiter les déprédations des prétendus zadistes, avons donc financé une étude (d’ailleurs gardée secrète) dont l’objectif évident était de rendre cette décision écologiquement nécessaire, fût-ce au prix de nombreux mensonges par omission.
Les quelques agriculteurs du village, assurés de rester légalement sur place, s’en réjouissent.
On les comprend.
Réjouissons-nous pour eux.
Mais ne nous faisons pas d’illusions : la ZAD ne disparaîtra pas, elle sortira au contraire renforcée par sa victoire – victoire de la violence, de l’illégalité, de la destruction d’un environnement qu’elle prétend défendre.
En effet, le gouvernement a déjà montré qu’il n’avait aucune intention de la démanteler réellement.
Il lui donne jusqu’au printemps prochain pour consolider sa présence, appuyée par des cultivateurs venus d’ailleurs, tout heureux de bénéficier gratuitement de terres.
Par exemple, « Basile s’est installé en 2011. Avec plusieurs camarades, ils ont créé un collectif paysan et y élèvent des vaches. Pas question pour lui de partir », selon BFM TV, qui se garde bien de préciser à qui appartiennent les terres sur lesquelles Basile et ses amis se sont installés, ni qui a payé les frais de leur installation ; il me semble possible que ses pâturages et ses bâtiments aient été « squattés ».

« Moscovici découvre qu’il y aurait des paradis fiscaux en Europe !!! » L’édito de Charles SANNAT



« Moscovici découvre qu’il y aurait des paradis fiscaux en Europe !!! » L’édito de Charles SANNAT

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,
 
Hahahahahaha, houhouhouhouh, houlalalala, dur dur de ne pas rigoler !

Si je vous montrais hier comment on se fichait de vous avec cette histoire de liste noire concernant les paradis fiscaux, une liste noire que les mamamouchis réduisent dès qu’ils le peuvent en catimini parce les journalistes ont le dos tourné vers d’autres sujets, cette histoire n’en finit pas de finir.
Aujourd’hui donc, notre Pierrot Mosco, un grand mamamouchi européen, commissaire politique même, vient de découvrir l’eau chaude, ainsi que, parce qu’il est vraiment très fort, le fil à couper le beurre !

Mosco découvre les trous noirs fiscaux européens sans télescope !
 
Le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, a accusé jeudi certains pays européens.
“Certains pays européens sont des trous noirs fiscaux. (…)
À l’évidence, beaucoup de pays de l’Union européenne sont des lieux où l’optimisation fiscale agressive trouve sa place. Je cherche comment répondre à cela”, a déclaré M. Moscovici lors d’une conférence de presse à Bruxelles.
“Si vous vous apercevez que les flux fiscaux vont vers tel ou tel pays qu’on connaît : l’Irlande, les Pays-Bas, le Luxembourg, Malte, Chypre (…), dialoguons sur la manière de résorber les choses”, a-t-il dit, en soulignant que ces États n’étaient pas des paradis fiscaux…
Ha… c’est tordu, si vous avez bien lu.
D’un côté, c’est des trous noirs fiscaux mais d’un autre côté, ces pays-là (l’Irlande, les Pays-Bas, le Luxembourg, Malte, Chypre) ne sont pas des paradis fiscaux.

Un paradis fiscal c’est très différent d’un trou noir fiscal !

Oliver Ivanović, héros serbe des temps modernes, assassiné au Kosovo

 
 


Le 19/01/2018


Le peuple qui a résisté à l’occupation ottomane, qui a repoussé seul l’invasion du IIIe Reich et qui n’a pas eu peur de se défendre contre l’OTAN a quelque chose à dire à ses oppresseurs…

Oliver Ivanović (Оливер Ивановић), un des responsables historiques des Serbes du Kosovo, a été assassiné devant l’entrée de son bureau dans la zone serbe de Kosovska Mitrovica, au nord du Kosovo.
Quasiment vingt ans après les terribles bombardements de l’attaque illégale de l’OTAN sur toute la Yougoslavie, le martyre du peuple serbe se poursuit dans une violence inouïe qu’aucun autre peuple européen ne connaît depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale.
Malgré les promesses de « démocratie » et de « respect des droits de l’homme » faites par l’OTAN, les Serbes continuent de subir la terreur au quotidien.
Il fallait attendre un nouveau meurtre pour que les médias dominants reviennent sur le sujet du Kosovo.
Quel sarcasme, quand on pense que ce sont ces mêmes médias qui pleurent la mort d’Ivanović aujourd’hui qui, il y a vingt ans, ont travesti la vérité en faisant passer les Serbes pour des bourreaux alors qu’ils ne faisaient que défendre leur foyer et leur héritage national et chrétien.
Depuis vingt ans, 250.000 Serbes ont fui le Kosovo et plus de 1.000 ont été assassinés et continuent de l’être aujourd’hui.

«Les Intouchables d’Etat, bienvenue en Macronie» : le livre choc sur les fonctionnaires d'élite

 
Conflits d’intérêt, salaires astronomiques, petits arrangements scandaleux : le livre brûlot «Les Intouchables d’Etat» de Vincent Jauvert, qui sort le 18 janvier, dénonce les excès de l'élite des hauts fonctionnaires.
                                   
Plus de 150 000 euros par an : c'est ce que gagnaient pas moins de 150 cadres de Bercy en 2015, soit davantage que le chef de l'Etat.
Des révélations comme celles-ci abondent dans le livre du journaliste de L’Obs Vincent Jauvert, Les Intouchables d’Etat, bienvenue en Macronie, (Robert Laffont) qui a longuement enquêté sur 600 hauts fonctionnaires.
Il y dévoile tout des salaires exorbitants, des conflits d’intérêt, des collusions public-privé qui nuisent à l'Etat et dont l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron est loin de signer la fin.
Un voyage choquant au sein de l'élite administrative biberonnée à l'ENA.

Les «REM 150», pour rémunération 150 000 euros par an

François Hollande avait décidé en mai 2012 de diminuer son salaire de 30%, le portant à 150 000 euros par an et d’attribuer la même somme annuelle au Premier ministre.
A la suite de cette décision, Bercy a souhaité rédiger un document interne établissant le recensement de ses hauts fonctionnaires les plus payés.
Ce document a fini par tomber entre les mains de Vincent Jauvert.
Parmi les 150 cadres du ministère de l’Economie et des Finances qui gagnent plus que le chef de l’Etat, le trésorier-payeur général d’Ile-de-France, directeur régional des finances publiques, a gagné 255 579 euros nets, soit 21 298 euros nets mensuels en 2015.
Au total, pas moins 104 administrateurs généraux sont mentionnés dans le document, ce qui fait des finances publiques l'un des secteurs de la haute administration d'Etat les plus lucratifs.
Les grands directeurs et chefs de service empochent aussi des salaires mirobolants, plus importants que ceux du privé pour le même type de poste.
 On note aussi des incongruités, comme l'apparition dans ce document d'un mystérieux contractuel, rémunéré 181 395 euros en 2015 par le cabinet de l’Economie en 2015...
Celui d'Emmanuel Macron.
Qui est-il et pour quelle tâche a-t-il perçu cette rémunération ?
Le journaliste n’a pas pu le déterminer.

jeudi 18 janvier 2018

Les racailles à la bibliothèque : Crachats, insultes, gifles, livres brûlés…, par Caroline Parmentier

 
 
 
Ça non plus, les gros médias ne vous en ont pas parlé.

Quand la vérité est trop politiquement incorrecte, comme pour les bandes africaines qui s’entretuent dans le Paris d’Hidalgo, ils étouffent le coup, on a l’habitude.
Les agents de la bibliothèque municipale Vaclav Havel (XVIIIe arrondissement) sont harcelés et persécutés au quotidien par des racailles âgées de 11 à 15 ans.
C’est un véritable SOS qui a été lancé à toutes les bibliothèques municipales parisiennes par la bibliothèque Vaclav Havel située dans le quartier de La Chapelle (célèbre pour ses zones interdites aux femmes) : crachats, insultes, gifles envers le personnel, jet de fumigènes, livres brûlés au sein de la bibliothèque, extincteurs dégoupillés, vols, toilettes souillées… les agents interpellent la mairie de Paris dans une lettre ouverte.
Ces bibliothécaires sont majoritairement syndiqués à la CGT (les infos sont sur le blog CGT Culture DAC Ville de Paris).
Des idéologues de gauche, convaincus des bienfaits de la diversité, heureux d’expérimenter le vivre-ensemble et d’offrir les clés du savoir et de la culture à des jeunes issus de l’immigration.
Ils le disent d’ailleurs : « Depuis son ouverture en octobre 2013, l’équipe de la bibliothèque Vaclav Havel accueille avec enthousiasme un public varié dans un quartier à la situation sociale et économique défavorisée.
Nous essayons d’offrir des services de qualité adaptés à ces différents publics. »

Femmes SDF en France : Elles vivent dans la rue pendant que les migrants dorment à l’hôtel

 
 


18/01/2018 – FRANCE  (NOVOpress)


 On estime qu’en France, les femmes représentent 40% des sans-abri. 2 SDF sur 5.

Elles sont de plus en plus nombreuses, mais personne ne les voit, ou si peu.
Elles se rendent parfois invisibles, à cause des risques d’agression, plus grands quand on est une femme.
Elles s’appellent Myriam, Barbara, Katia, Martine, elles tracent leur route et essaient de s’en sortir. Elles sont plus vulnérables et constituent souvent des proies.
Pour se protéger, elles se cachent jusqu’à se rendre invisibles.
Elles se cachent dans les cages d’escaliers ou les parkings.
Rupture, divorce, accidents de la vie?
A Paris, elles seraient 7 000 à vivre dans la rue.
Leur situation est souvent plus précaire et dangereuse que celle des hommes.
Barbara, Martine et Myriam évoquent leur réalité.
Une rupture familiale, un divorce qui tourne mal, un accident de vie, chacune à son histoire.
Elles tentent de se reconstruire afin de renouer avec leurs proches, retrouver leurs enfants et leur dignité.
Elles expliquent à quelle pression bien spécifique elles sont soumises et pourquoi elles sont forcées de se cacher pour passer inaperçues.



TVL, journal du jeudi 18 janv. 2018: Notre-Dame des Landes et après ?

 



Ajoutée le 18 janv. 2018
 
01:02 - Société / Notre-Dame des Landes et après ?
04:04 - Sécurité / Les gardiens de prison maintiennent la pression
06:53 - Economie / Voiture : l'embellie européenne
09:18 - International / L’ibadisme : un islam méconnu à Oman
12:46 - L’actualité en bref
20:29 - La France de Campagnol

Belgique: une étudiante séquestrée et violée par cinq individus. Elias et Hamid, multirécidivistes, arrêtés. Les suspects n’ont jamais travaillé de leur vie.

 
 
viol2


L’étudiante liégeoise, qui s’était rendue au You Night Club de Bruxelles, a été retrouvée dans un studio de Charleroi.
 
Que serait-il arrivé à C., une jeune Liégeoise de 19 ans, si elle n’avait pu récupérer son téléphone pour appeler ses proches ?
Vu les sévices qui lui ont été infligés, il y a lieu d’imaginer le pire des scénarios.
Samedi dernier, l’étudiante et quelques amis avaient décidé de se rendre au You , une discothèque de Bruxelles.
En chemin, l’équipée a consommé de l’alcool et fumé des joints.
Selon les dires de ses amis, C. aurait encore absorbé plusieurs boissons au sein du club, tout au long de la soirée.
a jeune femme affirme avoir perdu complètement le fil de ses idées après avoir bu un dernier cocktail.
 
L’une des scènes aurait été filmée

Était-ce le trop-plein , ou du Rohypnol a-t-il été versé dans son verre ?
Toujours est-il qu’elle se souvient, par bribes, s’être retrouvée dans une voiture avec des inconnus. Puis dans un appartement qu’elle ne connaissait pas, entourée de trois individus aux intentions perverses…
L’étudiante a subi les premiers viols cette nuit-là et, dès dimanche, deux autres individus se sont joints à la tournante pour de nouveau abuser d’elle.